OTTAWA, ON – Des étudiantes et étudiants de partout au Canada ont livré un bulletin scolaire géant avec une note d’échec au bureau de la ministre de la Formation et des Collèges et Universités Merrilee Fullerton à Ottawa aujourd’hui.

Des étudiantes et étudiants de partout au pays ont livré une mauvaise note à la ministre Merrilee Fullerton

Environ une douzaine d’étudiantes et étudiants se sont rendus au bureau de Fullerton avec des affiches disant « Des bourses, pas des prêts » et « Protégez les voix étudiantes indépendantes ». Le gouvernement a annoncé le 17 janvier qu’il allait réduire les frais de scolarité de 10 pour cent en Ontario, sans offrir de nouveaux investissements au secteur de l’éducation postsecondaire, et qu’il allait faire des compressions au Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario ainsi que rendre les frais afférents optionnels dans le cadre de son initiative « pour la liberté de choix chez les étudiants ».

« Ce n’est rien de plus qu’un leurre », explique Sofia Descalzi, présidente élue de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants et présidente du chapitre de Terre-Neuve et Labrador. « Le premier ministre Doug Ford et la ministre Fullerton sont déterminés à tromper les Ontariennes et Ontariens, à éliminer les groupes étudiants et à faire payer les étudiantes et étudiants davantage pour leur éducation. »

Selon Descalzi, le gouvernement de Ford cible les organisations étudiantes qui sont critiques de son programme pour l’éducation postsecondaire en introduisant l’initiative des frais afférents optionnels à partir de l’automne de 2019.

« Les syndicats étudiants offrent des services essentiels sur les campus comme les régimes de santé et de soins dentaires, les centres pour les survivantes d’agression sexuelle, les banques alimentaires, et les services de soutien aux étudiantes et étudiants autochtones, de la communauté LGBTQ et qui sont en situation de handicap », indique Descalzi. « En permettant aux étudiantes et étudiants de retirer leurs cotisations étudiantes, qui ont été établies démocratiquement par les étudiantes et étudiants eux-mêmes, Doug Ford tente de détruire les syndicats étudiants, qui rassemblent la population étudiante pour responsabiliser son gouvernement. »

Kayla Weiler, vice-présidente externe de l’association étudiante à l’Université de Guelph, qui a aussi participé à la manifestation, affirme que le gouvernement de l’Ontario n’a pas consulté les étudiantes et étudiants et qu’elle veut que le gouvernement annule l’initiative « pour la liberté de choix chez les étudiants » et ses changements au RAFEO.

« L’annonce du 17 janvier ne comportait que de mauvaises nouvelles pour les étudiantes, les étudiants, leur famille et les collèges et universités en Ontario. Fullerton a échoué. Le gouvernement Ford a échoué. Nous les étudiants ne tolérerons pas cette attaque contre les étudiantes, les étudiants et notre droit d’association », déclare Weiler.

La Fédération canadienne des étudiantes et étudiants est l’organisation étudiante la plus ancienne et la plus importante de la province, représentant plus de 500 000 étudiantes et étudiants dans des collèges et universités de toutes les régions du pays.